Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Projet Savoir

PARANORMAL : Le manoir Ballechin (troisième et dernière partie) / La mansion Ballechin (tercera y ultima parte)

4 Février 2013 , Rédigé par Victor DEL REY Publié dans #Paranormal

Le manoir Ballenchin (troisième et dernière partie)

Adepte de spiritisme, le marquis de Bute entendit parler du manoir. Il avait envie d’y aller. Membre de la Psychical Research Society, il se rendit au manoir accompagné du colonel Le Mesurier-Taylor et Mlle Goodrich-Speer pour mener une enquête approfondie. Il invita trente cinq personnes début Février 1897, officiellement pour un long séjour. Presque aucun des invités ne connaissaient la réputation des Ballechin. Mais ils n’allaient pas tarder à savoir comment elle lui était venue.

Le séjour commença avec des cognements étranges, à intervalle régulier, accompagné de plusieurs sons insolites, grattements, coups dans les murs et dans les portes ainsi que des échos de disputes ou de services religieux. Beaucoup entendirent des bruits de pas dans les pièces voisines. Au début, les invités pensèrent que ces bruits étaient produits par des chouettes, les domestiques et les gouttières. Lorsqu’il fut évident que tous ces bruits ne furent pas faits de façon naturelle, les invités commencèrent à s’accuser les uns aux autres et passèrent la nuit debout, armés de tisonniers et de pistolets.

Durant la nuit, tout le monde vit un épagneul noir sortant de nulle part pour disparaître tout aussi mystérieusement. Les jours et les nuits qui suivirent, plusieurs personnes se plaignirent de se faire frapper par des queues de chiens, de se faire renifler ou poussés par des créatures invisibles. Une femme qui dormait avec son animal fut réveillée par des gémissements de ce dernier. Suivant le regard de son chien, elle vit deux pattes appuyées sur la table de nuit, qui ne semblait pas avoir de corps. Une religieuse fût aperçue de nombreuses fois et un homme vit flotter une main en serrant un crucifix au-dessus de son lit.

Lorsque le séjour fut fini, tous les invités excepté un affirmaient que le manoir était hanté. Durant les enquêtes menées, deux religieuses furent aperçues près d’un ruisseau, l’une pleurant et l’autre la réconfortant. Après une séance de spiritisme durant laquelle une planche Ouija fut utilisée, une personne du nom de « Ishbel » commanda aux enquêteurs de retourner au ruisseau où ils observèrent les religieuses. Sur place, ils virent l’une d’elle marchant lentement et disparu sous un arbre. Cette même religieuse fut vue de nombreuses fois avant la fin de l’enquête

La maison fut inhabitée de 1932 à 1963 où elle fût démolie.

La mansion Ballenchin (tercera y ultima parte)

Adepto de espiritismo, el marqués de Bute pensó hablar de la mansión. Tenía ganas de ir allá. Miembro de la Psychical Research Society, se rindió a la mansión acompañado por el coronel Le Mesurier-Taylor y Srta Goodrich-Speer para llevar una investigación profunda. Invitó a treinta y cinco personas a principios de febrero de 1897, oficialmente para una estancia larga. Casi ninguno de los invitados conocían la reputación de Ballechin. Pero no iban a tardar en saber cómo le había venido.

La estancia comenzó con golpeteos extraños, a intervalo regular, acompañado por varios sonidos insólitos, por rascaduras, golpes en las paredes y en las puertas así como ecos de disputas o de servicios religiosos. Muchos oyeron ruidos de paso en las piezas próximas. Al principio los invitados pensaron que estos ruidos habían sido producido por lechuzas, los domésticos y los canalones. Cuando fue evidente que todos estos ruidos no fueron hechos de modo natural, los invitados comenzaron a acusarse unos a otros y pasaron por la noche levantados, armados de atizadores y de pistolas.

Cuando la estancia estuvo acabada, todos los invitados excepto uno afirmaban que la mansión había sido frecuentado. Durante las investigaciones llevadas, dos religiosas fueron percibidas cerca de un arroyo, una que lloraba y el otro que la reconfortaba. Después de una sesión durante la cual una tabla Ouija fue utilizada, una persona del nombre de "Ishbel" mandó a los investigadores de regresar al arroyo donde observaron a las religiosas. En el mismo lugar, vieron a una de ella la que lentamente marchaba y desaparecía bajo un árbol. La misma religiosa fue vista por numerosas veces antes del fin de la investigación

La casa fue deshabitada del 1932 al 1963 cuando fue demolida

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article